Publié par Passerelle des Arts

Correspondance pour Berlin

Correspondance pour Berlin
une com
édie féministe et sentimentale de Martine PLAUCHEUR

 

Mise en scène > Elsa ROMANO & Florine MONTAGNIER
Musique originale > WORAKLS  //  Décors > Gilles MIRALLES

 

D I S T R I B U T I O N

Isabelle FAILLARD PANCOL > LAURE  Maguelone ARNHIAC > ZOE  Elsa ROMANO > CLAIRE  Gilles MIRALLES > L’HOMME

 

Lhistoire : 1 vol pour Berlin retardé, 3 femmes qui ne se connaissent pas coincées pour la nuit dans la banlieue de Zürich. Rires, larmes et confidences, forcément mais plus profondément, sous linfluence de cette rencontre, des interrogations, des doutes, jusqu’à une remise en question de leur vie.

Les gares et les aéroports offrent une source d’inspiration riche, un matériau imaginaire et humain inépuisable : lieu de transit ouvert à toutes les rencontres, no man’s land en dehors des repères habituels, le hall de la « Correspondance pour Berlin » devient, symboliquement et concrètement, le carrefour où se croisent les destins de trois femmes : Laure, Claire et Zoé.

Chacune part pour une raison différente, toutes sont à un moment-charnière de leur vie. Un vol retardé (hasard ? Coup de pouce du destin ?) et les voilà embarquées pour une nuit de confidences, tour à tour dans le rapprochement et la confrontation, sous le regard-témoin d’un homme musicien, serveur, barman, chanteur… incarnation de la présence et de la dimension masculines.

On devine qu’au cours de cette soirée, qui s’amuse des clichés des « soirées filles », va se jouer quelque chose de plus profond que des conversations et des fous rires arrosés par « l’horrible piquette » locale. Chacune va apporter le regard de sa génération, son vécu, sa personnalité, et toutes les trois vont s’influencer, interagir l’une sur l’autre. Les rôles vont se nuancer, se modifier, jusqu’à s’inverser parfois. Au matin, aucune de ces trois femmes ne sera la même. Et se trouvera face à un choix qui changera la trajectoire de sa vie.

 

Mot de lauteure

Si un auteur décide de « prendre » la scène, c’est en principe pour y dire quelque chose, faire passer, non un message – le terme relève trop du cliché, et d’une volonté unilatérale – mais un propos, un point de vue qu’il lui tient à cœur de partager.

J’ai écrit cette pièce pour faire entendre ce que les femmes ont à dire aujourd’hui, aux autres femmes, aux hommes, à la société : leur refus d’entrer dans les rôles réducteurs qu’on veut toujours leur faire endosser, de subir les regards culpabilisants et dégradants qui perdurent (le terme « cougar » est une invention récente) bref, tous ces préjugés qui ont la peau dure et les empêchent encore d’être elles-mêmes.

Ce que Laure, Claire et Zoé sont venues chercher dans cet aéroport, ce qu’elles veulent (chacune selon son parcours et son mode d’être) c’est prendre leur destin en mains. Choisir leur vie. Et la vivre comme elles l’entendent.

Vivre selon leurs aspirations, donc, mais aussi (c’est le deuxième volet de cette « comédie féministe et sentimentale ») aimer librement. En dehors des stéréotypes du « couple », et des critères d’âge, de sexe, et de statut social. Parce qu’au fond, au risque de resservir une formule archi-rebattue, cette pièce parle d’amour. L’amour pris comme « la plus belle folie entre deux personnes», porteuse d’une force libératrice nécessaire à chacune, et chacun d’entre nous, pour échapper aux carcans que refusent Laure, Claire et Zoé.

Martine Plaucheur

 

Prochaines représentations :

Vendredi 23 janvier et samedi 24 janvier à 20h / Dimanche 25 janvier à 16h

Au théâtre du Panache - 13 rue Plan Fourmiguier, 13007 Marseille (derrière la Criée)

Infos et résas : 06 28 91 35 37

Correspondance pour Berlin
Correspondance pour Berlin
Correspondance pour Berlin
Correspondance pour Berlin

Commenter cet article